A propos du vaccin Pfizer/BioNTech contre le Covid-19

Durant ces derniers mois, les collaborateurs de Pfizer ont œuvré avec acharnement, jour après jour, à découvrir un moyen de combattre la pandémie de coronavirus. Aujourd’hui, nous avons des raisons de penser que le vaccin développé par Pfizer en collaboration avec la société allemande BioNTech pourrait constituer une partie de la solution.

Nous étions à la mi-mars 2020 lorsque Albert Bourla (Directeur Général de Pfizer) a tenu une vidéoconférence avec les départements de recherche et de production de l’entreprise. Jusque tard dans la nuit, ils ont échangé sur la mise en place d’un plan de développement d’un vaccin anti-COVID-19. Ils voulaient mettre un vaccin au point à la « vitesse de la lumière » afin qu’il puisse être prêt en 2021. « Pas assez rapide », a rétorqué Albert Bourla, en exhortant les équipes à élaborer un plan prévoyant une durée encore plus condensée.

Six semaines après cette réunion, le premier lundi de mai, les premiers sujets américains recevaient une première dose d’un vaccin à ARN messager expérimental, que Pfizer avait développé en collaboration avec la société allemande BioNTech.

De quel type de vaccin s’agit-il?

Le vaccin est un vaccin à ARN messager. Il s’agit d'un type de vaccin qui donne aux cellules de l'organisme des instructions pour qu’elles fabriquent des protéines virales que le système immunitaire pourra reconnaître.

Concrètement, le vaccin dont il est question ici contient le code génétique lié à la protéine Spike du SARS-CoV-2 ce qui ne représente qu'une partie du virus. Grâce aux instructions données aux cellules de l'organisme par l'ARN messager, la protéine virale est exprimée et une réponse immunitaire contre celle-ci est générée, ceci dans le but d’empêcher une infection à COVID-19. Le vaccin ne contient aucun virus vivant.

En quoi les vaccins à ARN messager sont-ils différents des vaccins traditionnels ?

Il existe de nombreux types différents de vaccins utilisés pour contribuer à prévenir les infections, et tous ont le même but : entraîner le système immunitaire à reconnaître les organismes à l’origine de maladies et à se défendre contre eux en produisant des anticorps qui les combattent et en activant des cellules immunitaires, telles que les lymphocytes T. Certains vaccins conventionnels peuvent être constitués d’un virus ou d'une bactérie atténuée, morte ou de parties non infectieuses de ceux-ci. Les vaccins à ARN messager sont différents, dans la mesure où ils contiennent des informations sur l’agent infectieux destinées à donner aux cellules de l'organisme des instructions pour fabriquer une protéine virale pouvant être reconnue par le système immunitaire. 

Vous trouverez plus d’informations sur les vaccins contre la Covid-19 ici.

Une production « Made in Belgium »

Notre site de Puurs a été choisi pour être l’un des principaux sites de production du vaccin dans le monde.

Cette décision n’est pas une surprise dans le sens où Pfizer Puurs est l'un des plus grands sites de production et de conditionnement de Pfizer dans le monde, spécialisé dans la production et le conditionnement aseptiques. Le site produit des médicaments injectables stériles. Plus de 400 millions de doses de vaccins et de médicaments injectables sont produits chaque année à Puurs. Ces produits sont conditionnés sur place dans des ampoules, des flacons, des bouteilles en plastique, des seringues et des cartouches pour stylos à injection.

La production d’un vaccin anti-SARS-CoV-2 à Pfizer Puurs est une reconnaissance de l’expertise des personnes qui y travaillent ainsi que de la très grande qualité des produits qui y sont fabriqués.

Comment la société Pfizer a-t-elle été capable d’avancer à une telle vitesse ?

Même si nous avançons à une vitesse extraordinaire, le respect de normes strictes de qualité et de sécurité est d’une importance cruciale . Nous sommes passés par l’intégralité des étapes réglementaires et opérationnelles que nous suivons normalement pour tous nos essais de vaccins, en appliquant continuellement les normes les plus strictes dans notre processus de développement. Tout cela a nécessité en amont une mobilisation énorme des ressources de Pfizer et de BioNTech, à une échelle encore jamais vue. Nous avons également travaillé étroitement avec les organismes réglementaires, en leur fournissant des données quasi en temps réel et en recevant les avis plus rapidement que jamais, afin que le développement de ce vaccin potentiel soit le plus rapide possible.

Une Autorisation de Mise sur le Marché conditionnelle

Le lundi 30 novembre , Pfizer et BioNTech déposaient une demande officielle d’autorisation de mise sur le marché conditionnelle (CMA, Conditional Marketing Authorization) à l’Agence européenne des médicaments (EMA, European Medicines Agency) pour leur candidat vaccin à ARNm BNT162b2 contre la COVID-19.

Au sein de l’EMA, le Comité des médicaments à usage humain (CHMP) annonçait quant à lui qu’il émettrait avant la fin de l’année un avis scientifique sur l’octroi ou non de l’autorisation pour le médicament. Une fois cet avis émis, l’EMA l’a transmis à la Commission Européenne, qui a décidé d’octroyer  une autorisation de mise sur le marché (conditionnelle).

Le 21 décembre dernier, Pfizer et BioNTech ont donc reçu l’autorisation de l'Union Européenne pour leur vaccin COVID-19, celle-ci étant immédiatement applicable à l'ensemble des 27 États membres de l'UE.

Voici le communiqué de presse complet à ce propos. 

Les livraisons du vaccin par Pfizer ont débuté dans les heures qui ont suivi cette autorisation. Ce sont les autorités locales qui se chargent de l’implémentation de la stratégie de vaccination.

S’il est une réussite, le vaccin développé par Pfizer et BioNTech sera une avancée scientifique qui restera dans l’histoire.